MOT D’ACCUEIL

MOT DU PRESIDENTSnapshot_20140811_1

La logistique devient un instrument privilégié pour toute organisation qui se veut performante ; en premier chef les entreprises que ce soit à but lucrative ou non, estiment de nos jours la place prépondérante que celle-ci occupe au cœur des décisions clés. Son intérêt  pour les gestionnaires se  trouve dans la satisfaction totale du client aussi bien interne qu’externe, mais aussi dans l’optimisation de ses coûts.

Considérer longtemps comme centre de coûts, les méthodes et outils développés par la « logistique » sont de plus en plus usitées, et perçue comme stratégie d’entreprise pour améliorer les marges bénéficiaires, leurs profits.

Les organisations étatiques ne restent pas en marge de compétitivité. La quête de croissance impulse vraisemblablement les décideurs à intégrer la variable « logistique » dans les programmes et développement des politiques économiques.

Plus qu’une discipline, la « logistique » couvre ainsi un vaste champ d’activité : l’approvisionnement, la production, la distribution, la commercialisation, etc. Mais aussi des biens et services très diversifiés et disparates. Ce qui fait de celle-ci un métier qui prend l’enveloppe de la taille de l’organisation qui la fonde.

En Afrique, nous pouvons mieux la ressentir grâce aux effets de la mondialisation des échanges, et plus pratiquement des plans de développement des pays Africains à de coûts de milliards ! Un défi assez colossal pour les décideurs… Il se pose une problématique de financement des infrastructures support aux activités économiques : réseau routier, réseau ferroviaire, port et aéroports, etc. soit l’ensemble des intrants nécessaires pour soutenir et accroitre la compétitivité d’une chaine logistique.

A l’inverse quoi que pourvoyeur d’emploi, les activités logistiques semblent encore peu méconnue en Afrique, «  du moins  bien assimilées » pour bon nombre de décideurs. Et on se demande si réellement elle constitue un outil de compétitivité, de croissance…

Le constat est simple, on observe une délocalisation croissante de firmes multinationales, de nombreux investissements directs, le développement des activités portuaires, de transports routiers de marchandises, d’entreprises d’entreposages, de grande distribution, etc. le marché logistique africain est en pleine essor.

Cela crée sans doute des effets extraordinaires sur le comportement des entreprises, notamment en terme de flexibilité, une adaptabilité, de réactivité, un changement de mode gestion et surtout une forte demande en compétence-métier  » logisticien », et surtout une maîtrise des processus et qualité de la filière.

C’est dans cet environnement que nous nous sommes engagé  à aider les acteurs de la chaine logistique, les prestataires, organismes et institutions à promouvoir leurs activités commerciales à soutenir leur projet d’expansion du service logistique, de diversification, et d’études diverses.

Le Projet LOGASEN (Logisticiens Gabonais au Sénégal), à l’instar des autres associations, se veut un partenaire qui facilite l’intégration de la logistique en Afrique par ses programmes et activités…

Nous voulons donc relevé ce défi…

Merci de nous visiter

Wilfried Ghyslain BIBANG BI OBIANG, Président.

 

 

Publicités

Un commentaire sur “MOT D’ACCUEIL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s